le latin pas à pas

28 septembre 2022

1. DECLINAISONS des noms et des adjectifs qualificatifs

Un nom latin n' a pas d' article et appartient à l' une des 5 déclinaisons désignées par les 
abréviations 1D/2D/3D/4D/5D.
Dans un dictionnaire, un nom a deux formes appelées cas : le cas nominatif singulier (=
N.s) et le cas génitif singulier (= G.s). 
Les finales interchangeables qui suivent le tiret dans un dictionnaire indiquent les finales
que prennent un nom aux cas N.s et G.s. Ex(emple) : : 
Dans une phrase ou une proposition, le cas indique la fonction grammaticale et le nombre,
singulier ou pluriel, du nom.
Le cas N.s indique notamment la fonction Sujet d' un verbe conjugué à la 3e personne du
singulier, en abrégé : 3s.
La 1e forme du dictionnaire apparaîtrait donc, par exemple, dans une phrase latine se tra-
duisant en français par
 La jeune fille se promenait avec son amie.



Les abréviations A1/A2
 désignent un adjectif qualificatif de la 1e classe (A1) ou de la 2e
classe (A2).
Un nom latin est du genre Masculin/Féminin/NeuTre. Dans une phrase, un nom ou le pronom
qui le remplace est à une des 12 formes suivantes, appelées cas : Nominatif singulier/pluriel,
Vocatif s/p, Accusatif s/p, Génitif s/p, Datif s/p, Ablatif s/pL' indicateur du cas est la finale
interchangeable précédée d' un tiret. Une 1e forme sans tiret est au cas  N.s et ne sert que
pour elle-même. La forme suivante finale  

Principales fonctions grammaticales indiquées par les cas
 (chaque cas est l' objet d' un mes-
sage, à l' exception du V., associé au N.):
1. N.s/p : cas désignant presque toujours le Sujet ou l' attribut du Sujet d' un verbe conju-
               gué à la 3e personne du singulier/pluriel.   
    V.s/p :  cas ayant l' unique fonction de désigner le(s) être(s) interpel(l)é(s). Isolé gram-
                maticalement par la ponctuation du reste de la phrase, le V.p est toujours iden-
                tique au N.p, le V.s n' est différent du N.s qu' à certaines formes de la 2D.
                Le V. n' est pas donné dans les tableaux de déclinaison. 
2. Ac.s/p : cas désignant notamment un complément d' objet direct, non introduit par une
                préposition, ou un complément circonstanciel, ordinairement introduit par une
                préposition. Ces compléments complètent un verbe. 
3. G.s/p : cas désignant notamment le complément d' un nom/pr., ordinairement non-pré-
               positionnel (non introduit par une préposition), ainsi que le complément de cer-
               taines prépositions.
4. D.s/p : cas désignant notamment le complément d' objet indirect, non-prépositionnel,
               ainsi que le complément de certaines prépositions. 
5. Ab.s/p : cas désignant notamment un c.c. d' agent animé (personne/animal/être quel-
                 conque personnifié), complément prépositionnel nécessairement lié à une for-
                 me Passive, ou un c.c. agt inanimé (autre que ceux mentionnés ci-dessus),
                 complément non-prépositionnel néessairement lié à une forme P.
                 Ce cas désigne aussi un c.c.-moyen, ordinairement non-prépositionnel, un
                 c.c.-manière/cause, prépositionnel ou non-prépositionnel, ainsi que le complé-
                 ment de certaines prépositions. 

N.B.
: 1. U
n nom/pr. en apposition est au cas du nom/pr. qu' il précise.
         2. Dans un dictionnaire, un nom est aux cas N. et G.
    

Quelques noms de la 1D tirés d' un dictionnaire
: ros-a,-ae la rose. Le nom latin n' a pas
de déterminant article
puell-a,-ae  la jeune filletabul-a,-ae  le tableau, cen-a,-ae le repas,
le dîner,
poet-a,-ae le poète, agricol-a,-ae M l' agriculteur. Ces noms sont du genre(
genre par défaut), mais du genre M (indiqué à côté du nom) s' ils désignent des hommes. 


                                                      

                     Tableau des finales casuelles des 5 déclinaisons 

                         A1                      !                               A2                                     !
            1D         !            2D         !                               3D                                     !
           F(M)        !    M(F)        NT   !      par. M ou F   NT       imp. M ou F  imp.  NT   ! 
     N.  -a/ae         -us/i      -um/a  ! N.  -is/es           -e/ia     f.v./es           f.v./a        ! 
     Ac. -am/as     !  -um/os    idem  ! Ac. -em/es         idem   -em/-es    f.v./-a !
     G.  -ae/arum  !         -i /orum     !  G.          -is/-ium             -is/-um       !
     D.  -ae/is       !         -o/is          !   D.          -i /-ibus              -i /-ibus     !
     Ab. -a/is        !         -o/is          !   Ab.   -e ou -i /-ibus           -e/-ibus     !
                                                                  -e : presque tous les noms par. M/F
                                                                   -i : A2 par. et imp., noms NT par. 

    
                  4D              !               5D       ! 
             M, f.           NT       !              F, m.     !
     N.   -us/-us      -u/-ua     !    N.   -es/-es     !  aucun adj. qual. ne se décline
     Ac  -um/-us     -u/-ua     !    Ac.  -em/-es    !  sur ces 2 décl., dont les noms 
     G.            -us/-uum        !    G.   -ei/-erum  ! sont peu nombreux.
     D.            -ui/-ibus         !    D.    -ei/-ebus 
     Ab.           -u/-ibus         !    Ab.   -e/-ebus   !

On constate qu' à partir du G. les mêmes finales servent pour les 3 genres. La terminaison
-e de l' Ab.s des noms par. M/F de la 3D est empruntée aux noms imp. La terminaison anci-
enne -i ne s' est maintenue que dans quelques noms monosyllabiques de ce type.

Un adj(ectif) qual(ificatif) prend les cas, genre et nombre du nom ou du pronom auquel il se
rapporte.
Dans les dictionnaires, un  A1 (adj. qual. de la 1e classe) est donné
 au N.s Masculin, Fémi-
nin, NT (= neutre) et suit au M la décl. des noms M de la 2D 
                                          F                            F          1D
                                          NT                          NT        2D
A1 représentatifs : bon-us,a,um A1 bon, miser,ser-a,um A1 malheureux, pulcher,chr-a,um A1
beau. Au N.s M, et à ce cas seulement, quelques  A1 en ..er,(e)r-a,um  ont perdu leur finale
-us devant -r. De même, les A2 en ..er,(e)r-is,e ont perdu leur finale -is au N.s M, tandis que
cette finale s' est maintenue au N.s F : celer,er-is,e A2 rapide, acer,cr-is,e A2 acéré piquant

Les A2 suivent la décl
. des noms parisyllabiques ou imparisyllabiques du genre M, F, NT de
la 3D (voir ci-dessous). Au G.s, un nom ou un A2  par./imp. a/n' a pas le même nombre de
syllabes qu' au N.s.

A2 par. représentatifs
: fort-is,e (-is : N.s M/F, -e : N.s NT) courageux   
                                  celer,er-is,e (er : N.s M, -is : N.s F, -e : N.s NT) rapide  
                                  acer,cr-is,e  acéré, piquant, vif 
                                  Aux cas autres que le N.s, les finales du M/F sont empruntées aux
                                  noms par. civ-is,-is 3D M par. le citoyen ou  nav-is,-is 3D F le bateau
                                  tandis que celles du NT sont empruntées au nom par. NT mar-e,-ia
                                  3D par. NT la mer.  
                                  
A2 imp. représentatifs : leur N.s a une finale qui varie souvent d' un adj. à l' autre et qui est
                                   commune aux 3 genres. Leur N.s est suivi du G.s dont on remplace
                                   la finale -is par la finale voulue des A2 par. pour former tous les aut-
                                   res cas. Seuls quelques A2 imp. faisant exception se forment en em-
                                   pruntant les finales des noms imp. M/F ou NT. Exemples : 
                                   par, par-is A2 imp. égal, ingens,nt-is A2 imp. très grand, immense,
                                   felix,ic-is  A2 imp. heureux, sollers,ert-is A2 imp. adroit, habile,
                                   vetus,ter-is A2 imp.(exc.) vieux, ancien    
       
                                    
1D : voir ci-dessus.

2D   noms représentatifs : serv-us,-i  2D M l' esclave, Gall-us,-i 2D M le Gaulois, Aegypt-us,-i
        2D F  l' Egyptepopul-us,-i 2D F le peuplier, popul-us,-i 2D M le peuple, liber-i,-orum 
       
2D M les enfants par rapport à leurs parents, puer, er-i 2D M l' enfant, liber, br-i 2D M le
        livre,
vin-um,-i 2D NT le vin, bell-um,-i 2D NT la guerre, castr-a,-orum 2D NT le camp d'
        une armée en campagne  
        Les noms en -us,-i  sont M sauf les noms de pays et d' arbres, qui sont F. 
        Les noms en ..er,(e)r-i sont M. Ils ont perdu la finale -us du N.s. positionnée après
       
-r ou -er. Les noms en -i,-orum sont M. Les noms en -um,-i sont NT. Les noms en
        -a,-orum sont NT.  

3D  par. noms M/F représentatifs : civ-is,-is 3D par. le citoyen, host-is,-is 3D par. l' ennemi
                             
de la patrie, nav-is,-is 3D par. le bateau, clad-es,-is 3D par. la défaite, le
                             désastre, la catastrophe, 
imber,br-is 3D M par. la pluie, fin-is,-is 3D M la 
                             fin, la limite, fin-es,-ium 3D M par.  la/les frontière(s), le territoire, le pays  
                              Le genre des noms M/F de la 3D n' est indiqué que si le genre de la 1e
                              traduction 
n' est pas le même que celui du nom latin. 

               noms NT  représentatifs : mar-e,-ia (finale caractéristique d' un nom NT par. de la
                              3D) la mer, cubil-e,-ia la couche, le lit, le nid, animal,al-ia  l' animal,
                              calcar,car-ia l' éperon, moen-ia,-ium les fortifications, les murs d' une ville,
                              les remparts 
                             
 Ces noms sont très peu nombreux. Contrairement à l' usage des diction-
                               naires, les noms NT de la 3D sont donnés aux cas N.s et N.p afin de rend-
                               re leur genre immédiatement reconnaissable grâce à la finale -ia (par.) ou
                               -a (imp.) du N.p. Les noms en ..al-ia ou ..ar-ia ont perdu leur finale -e du
                               N.s
    
3D imp. noms M/F représentatifs : consul,sul-is 3D imp. le consulrex, reg-is 3D imp. le roi,
                             color,lor-is 3D M imp. la couleur, miles,lit-is 3D imp. le soldat, legio,on-is
                         
   3D imp. la légion, pons,nt-is (G.p -ium) 3D imp. le pont, urbs,rb-is (G.p
                             -ium) 3D imp. la ville, frug-es,-um 3D imp. les céréales, le blé, les fruits, 
                             passer,er-is 3D imp. le moineau, salus,ut-is 3D F imp. le salut, la vie sau-
                             ve, la sauvegarde,
lepus,por-is 3D imp. le lièvre, pes, ped-is 3D imp. le
                             pied 
                             
Les noms imp. ayant un G.p en -ium ont 2 consonnes consécutives de-
                             vant la finale -is du G.s. 
              
noms NT représentatifs : nomen,min-a le nom, corpus,por-a le corps, genus,ner-a  
                             le genre, l' espèce,
iter, itiner-a  la route, le trajet, l' étape, le voyage
                             
cor, cord-a le coeur, ius, iur-a le droit, la justice, le tribunal, caput,pit-a 
                             la tête  
                             
             Les noms impar. ont des finales variables au N.s.    

4D  noms représentatifs : exercit-us,-us 4D M l' armée, vult-us,-us 4D M le visage, advent-us,
                              -us
 4D M 
l' arrivée, man-us,-us 4F  la main, dom-us,-us 4F la maison : termi-
                              naisons empruntées 
aux noms M de la 2D : Ab.s : dom-o     Ac.p : dom-os
                                                                                              G.p : dom-orum ou  domu-um
                              La forme dom-i chez soi, à la maison (situation) est un locatif, survivance
                              d' un cas disparu.
               

      Deux ou trois noms NT : gen-u,-us 4D NT le genou, corn-u,-us 4D NT la corne, l' aile d' une
                                          armée rangée en ordre de bataille. 

5D  quelques noms F en -es,-ei : 
r-es,-ei  la chose, sp-es,ei  l' espoir, faci-es,-ei : la face, l'
                                l' 
apparence, di-es,-ei le jour du calendrier. Nom M mais F au sg. quand il
                                désigne un jour déterminé du calendrier. meri-di-es,-ei M midi 

 

  


                             

 

       

 

 

 











 

 














 

 

Posté par jeanclaude2020 à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 septembre 2022

Message .... : les TEMPS

NOTIONS INDISPENSABLES 

Les 6 temps-grammaticaux situent le fait exprimé dans le passé (temps imparfait/parfait/
plus-que-parfait), le présent (temps présent) ou l' avenir (temps futur/futur antérieur). 
Les 9 modes-grammaticaux (modes indicatif/subjonctif/impératif/infinitif/participe/géron-
dif/adjectif verbal/supin) sont les formes possibles d' un même temps, dont les emplois sont
signalés dans les messages correspondants.
Les 3 personnes-grammaticales du singulier ou du pluriel (en abrégé : 1s ou 1e sg., 2s
ou 2e sg., 3s ou 3e sg.) sont les personnes (je/tu/il ou elle ...) auxquelles un verbe peut
être conjugué :
-- la 1e personne désigne le(s) locuteurs = la/les  personne(s) qui s' exprime(nt)
-- la 2e personne désigne le(s)  interlocuteur(s). La personne qui parle peut être son propre
    interlocuteur.
-- la 3e personne désigne un/des être(s) quelconque(s) mentionné(s) dans le dialogue entre
    locuteur(s) et interlocuteur(s).

N.B.
: 1. Un verbe impersonnel de la 3e sg. a pour sujet en français le pronom imperson-
              nel il ne représentant rien ni personne. Ce pronom est dit sujet-apparent quand il
              y a un sujet-réel, répondant à la question qu' est-ce qu' il ...? posée devant le ver-
              de la proposition. Ex. : il pleut : sujet impersonnel, mais il pleut des cordes : sujet-
              apparent + sujet-réel.
          2. 
             I
          

Posté par jeanclaude2020 à 19:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2022

1. les TEMPS

Chaque temps du verbe comporte ou peut comporter, dans l'ordre, les éléments suivants :

1. un préverbe : élément invariable non-indispensable dont le sens est mentionné quand il
   en a un : con-curr-e re : charger en parlant de soldats qui s' élancent ensemble pour en-
                                        gager le combat.  
2. un thème : élément indispensable puisqu' il  exprime le sens du verbe : curr-e re : courir.
    Un thème peut aussi comorter un infixe implanté au milieu du thème : rump-e re : romp-
     re
 et/ou un suffixe prolongeant le thème : cog-nosc-e re : apprendre une nouvelle. 
    c) une caractéristique : extension du thème indiquant un temps et un mode précis
        La caractéristique zéro (= caractéristique par défaut) fournit les mêmes indications,
        d' après la désinence (élément terminal), au présent de l' indicatif, de l' impératif 
        et de l' infinitif.
    d) au début d' un élément, une voyelle de liaison reliant un élément à un autre quand
        son absence rendrait imprononçable la liaison avec cet élément. Un espacement la
        sépare du reste de l' élément. 
    e) une désinences alternative remplaçant la désinence habituelle

    La morphologie est la partie de la grammaire qui étudie la forme des mots. 

2. On distingue trois rapports de temps possibles d' un(e) état/action exprimé(e) par un
    verbe par rapport à un autre : a) le rapport de simultanéité : état/action situé(e) dans
    la durée en même temps que celui/celle exprimé(e) par cet autre verbe  b) le rapport
    d' antériorité :  état/action situé(e) dans la durée avant celui/celle exprimé(e) par cet
    autre verbe  c) le rapport de postériorité : état/action situé(e) dans la durée après
    celui/celle exprimé(e) par cet autre verbe.

   
3. La/Les trois personne(s) grammaticale(s) du singulier et du pluriel sont, en français,
    je/nous (premières personnes), tu/vous (deuxièmes personnes), il,elle/ils,elles (troisiè-
    mes personnes) ; en latin, ces pronoms personnels sont inclus dans les désinences ver-
    bales, et, aux temps formés sur le thème 1 (présent/imparfait/futur simple), les formes
    passives (voir le message intitulé ainsi) ont des désinences spréciales des dési-
    nences spéciales expriment les voix active/passive. Exemples : ama-t/-tur : il,elle aime
    / il,elle est aimé(e) : voix passive.        


2. Les verbes latins se répartissent en deux catégories : les verbes réguliers et les verbes
    irréguliers. Les verbes réguliers se répartissent en 5 conjugaisons, les 1C (1e conjugai-
    son), 2C3C4C, 4 bis (4e conjugaison bis), conjugaisons comprenant chacune aussi
    quelques verbes qui sont autant de vestiges du passé de la langue : les verbes dépo-
    nents
, de forme passive, mais de sens actif
    Les v. irr. sont au nombre de huit : 1. es-se (être)  2. pos-se (pouvoir)  3. i-re (aller)
    4. 5. 6. : les 3 mousquetaires : vel-le (vouloir), nol-le (ne pas vouloir), mal-le (aimer
    mieux, préférer)  7.8. fer-re (porter), fieri (devenir / arriver, se produire). Ces verbes
    sont des verbes réguliers qui ont des formes irrégulières, les seules mentionnées dans 
    les verbes irréguliers. 












Posté par jeanclaude2020 à 12:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2022

18. INDICATIF : emplois

Quand il emploie l' INDicatif, le locuteur (celui/celle qui s' exprime) énonce/nie/met en doute
un fait considéré comme appartenant à la réalité.
Parfois cependant
, employés au présent, à l' imparfait ou au parfait de l' IND. dans une prop.
n(on)-subord(onnée), les v. signifiant 1. pouvoir, être en mesure de  2. il est opportun/conve-
nable ...
3. il faut ... 4. les expressions il est (v. impersonnel) juste/injuste/ honorable/néces-
saire
 ... expriment un fait irréel (contaire à la réalité) : " dic-e re  pos-s-u m : je pourrais dire
...(mais je ne le fais pas) " " dic-e re  pot-eram/potu-i : j' aurais pu  dire (mais je ne l' ai pas
fait)"

1. L' IND. prst peut exprimer a) un fait en cours b) un fait passé/futur  proche : "il vient d'

    arriver/il arrive dans deux secondes"  c) un fait pété ou intermittent d) dans un récit
    historique, le présent historique donne plus de vivacité à la narration e) au présent dit
    de conatu, une action que l' on tente d' accomplir : "fugi-t" : "il cherche à fuir"

2. L' IND. impft peut exprimer dans le passé a) un fait en cours ayant souvent lieu en mê-
     me en même temps que (rapport de simultanéité), avant (rapport d' antériorité) ou
     après (rapport de postériorité) un autre. b) un fait passé/futur  proche. c) un fait répété
     ou intermittent. d) à l' imparfait dit de conatu, une action que l' on tentait d' accomplir.

3. L' IND. fut. exprime ordinairement a) un fait à venir, parfois b), comme l' impératif, une
    injonction : "tu liras ce livre" parfois aussi c) une vérité générale : "le meilleur sera celui
    qui respectera la justice"

4. L' IND. pft peut exprimer un fait passé a) achevé depuis un temps éloigné non vécu par
    le locuteur ou son interlocuteur (passé simple en fr.) b) vécu par le locuteur ou son inter-
    locuteur, parfois même tout proche (dans les 2 cas, passé composé en fr.) c) achevé de-
    puis longtemps 
mais dont on suggère qu' il a des prolongements actuels en le traduisant
    par le passé composé 
: "César a mis en usage un calendrier qui porte son nom"
    d) traduit mot à mot par un passé composé, remplacé par un présent pour exprimer l' a-
    boutissement actuel de 
certains processus antérieurs : "nov-i : j' ai appris à connaître =
    je sais"  e) dans le portrait d' un défunt, une particularité physique ou psychologique dé-
   finitivement réduite à néant par la mort, mais traduite en fr. par un imparfait qui, un ins-
   tant, ressuscite le défunt sous nos yeux.  

5. L' IND. pqp a) exprime unfait antérieur à un fait passé (rapport de temps inhérent à ce
    temps) b) tient parfois lieu d' un parfait. 

6. L' IND. f.a exprime a) un fait qui sera achevé à un moment de l' avenir avant un autre fait
    à venir (rapport d' antériorité inhérent à ce temps) b) rarement, une action qui sera accom-
   plie avec une rapidité telle qu' elle appartiendra vite au passé : -- Ad-iuva  m-e ! -- Fecero.
    -- Aide-moi ! -- Tout de suite ! / Voilà !  c) rarement, l' idée de "à moi/toi ...de + INF. prst"  
    
     
   

 

         

 

 

Posté par jeanclaude2020 à 17:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juillet 2022

EXERCICES : textes 1 à

Texte 1 : 1. Natur-a (S au N.s) non instruxit (ind. pft 3s) animal-ia (cod à l' Ac.p) magn-a
               (épith.) sollerti-a (cc-moyen à l' Ab.s) gener-is (cdn au G.s) human-i (épith.).
               2. Homin-es (S au N.p) in-vide-nt (ind. prst 3p) commod-is (cpt obj. au D.) qu-
               orum-dam (déterminant) animal-ium (cdn au G.p). 3. La longévité de la corneille
               n' est pas à l' homme. Aev-um (S au N.s) cornic-is (cdn au G.s) non es-t (ind. prst
               3s) homin-i (coi  au D.s). 4. Natur-a (S au N.s) negavit (ind. pft 3s) animal-ibus (
               coi au D.p) sollerti-am (cod à l' Ac.s) dat-am (épith.) gener-i (coi au D.s) human-o
               (épith.). 5. L' ingéniosité accordée ... a été refusée ... par la nature. Sollerti-a (S
               au N.s) dat-a (épith.) .... negat-a  es-t (ind. pft P 3s) .... a natur-a (cpt agt an. à
               l' Ab.s) 

               

Posté par jeanclaude2020 à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 juillet 2022

20. IMPERATIF : emplois

Les formes positives du mode IMPératif expriment une injonction, une invitation, une incita-
tion
, un conseil, une prière. L' IMP. prst n' a que 2 formes : 2s et 2p, mais l' IMP. fut en a 3
: une pour les 2s et 3s, une pour la 2p et une pour la 3p. Ce tps de l' imp. manque en fr.,
dont l' IMP. a 3 formes : 1p, 2s, 2p.  En latin comme en fr., le subj.-vol(itif), équivalent de l'
IMP., remplace les formes manquantes de l' IMP. : voir mess. 18. SUBJONCTIF.

En latin, les formes négatives de l' IMP. prst (exprimant une défense
, qui est une injonction
négative) 
sont généralement introduites par ne suivi du SUBJ. pft-prst (= de sens présent) 
aux 2s et 2p, mais du SUBJ. prst-vol. aux autres personnes : voir mess.18. SUBJONCTIF :
"ne  dixer-is/tis .. : ne dis/dites  pas ..." ne  dicamus .. : ne disons pas .. " "ne  dicat(nt) .. :
qu' il(s)/elle(s)  ne dise(nt) pas .." 

L' IMP. prst s' emploie pour les injonctions adressées à un interlocuteur déterminé, l ' IMP. fut.
est de mise pour les conseils généraux (textes de loi, recettes de cuisine, ...).   




 

Posté par jeanclaude2020 à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mai 2022

1 : Appel à la modération (Phèdre)


Phèdre, appendice de Perotti n° 2 

Phèdre, qui vécut au siècle de l' empereur Auguste et dont nous ne savons pas grand chose,
est le fabuliste latin le plus célèbre. Il emprunta de nombreux sujets de fables à son homolo-
gue grec Esope. La Fontaine a fait de même avec ses devanciers antiques, mais son style 
alerte et pétillant lui a valu dans ce genre littéraire une gloire non usurpée et toujours actuel-
le.

Le texte étudié est en vers, numérotés de 1 à 14

                                                                     prononciation des mots latins
1  Arbitrio  si  natura  finxisset  meo            arbitriô si natoura finnxissètt méô  

2  genus  mortale, longe  fore instructius.  guénouss mortâlé lonngué forètt  
                                                                                                    innstrouctiouss
1  Si   la nature/dame nature   avait façonné  à mon goût/à ma guise 

2  l' espèce mortelle/la gent mortelle, elle serait  de loin/bien   plus = mieux  pourvue/équi-
    pée/dotée/lotie 
[qu' elle ne l' est aujourd' hui].

Un tiret oblique précède une/des  traduction(s) équivalente(s) de la 1e traduction ; une tra-
duction équivalente soulignée est désignée comme préférable. D' une littéralité incorrecte en
fr(ançais),  une traduction en italique est suivie du symbole = précédant une traduction cor-
recte. Les mots entre crochets droit ne sont pas exprimés en latin.

Seule une analyse grammaticale précise permet de comprendre un texte latin. Chaque para-
graphe concerne une seule et même prop(osition), 
analysée par groupes de mots (un groupe
peut ne com
porter qu' un seul mot). L' ordre des groupes analysés suit  celui de la traduction.
Chaque mot du groupe est repris séparément. 
Les mots fr. suivants n' existent pas en latin : l' article, le pronom personnel Sujet d' un ver-
be conjugué, de nombreuses 
prépositions. Sont souvent non explicités en latin : les détermi-
nants possessifs, les pronoms personnels cod et coi (compléments d' objet direct et indirect).   

Lire préalablement les messages  suivants de ce blog : 1. et 2., 13. à 16. Le mess. 17. com-
prend les 8 v(erbes) irr(éguliers) du latin : 1. es-se être 2. pos-se pouvoir 3. i-re aller 
4.5.6. vel-le, nol-lemal-le vouloir, ne pas vouloir, préférer  7. fer-re porter  8. fieri devenir.
Ces v(erbes) étant d' un emploi très fréquent, il y a lieu de mémoriser leurs T(emps) P(rimi-
tifs) et leur conjugaison.     

Si  natura finxis-set  1er groupe analysé : le th(ème), base du mot, est noté en gras,
    la dés(inence) interchangeable, en maigre.
 Certains mots n' ont qu' une seule forme  :
    prép(ositions), conj(onctions de) 
coord(ination) / subord(ination) : Si < 29.C : références
    du message grammatical à con
sulter > natura < -a,-ae 1D F : dés. du dictionnaire + décl.
    et genre du nom > N.s  8.1  ab
réviations de cas NOMINATIF singulier  finxis-set < fing-o,
    -i s,-e re 3C finx-i : Temps Primitifs du dictionnaire (le dernier thème mentionné corres-
    pond à celui utilisé dans la forme du texte), 3C : abréviation de 3e conjugaison > subj. 
    pqp 3s (mess. 16. + 29.C) me arbitriomeo < -us,a,um : mess. 4. > dét(ermine)
    
arbitrio < -um,-i 2D NT > Ab.s (12.7) genus  mortale (vers 2) : genus < genus,
    ner-a : 3D NT 
imp. > Ac.s (9.1)  mortale <-is,-e : A2 par. > épith. Ce groupe est un rejet
    = groupe complétant la prop(osition) du vers précédent. 

foret graphie plus rare que esset : < (17.1) > subj. impft (mess. 14. + 29.3) -t =  elle (la
    gent mortelle) : une dés. pers. suivie du symbole = indique une dés. verbale désignant en
    
fr. un pr(onom) pers(onnel) S(ujet)  long-e  in-structius : long-e < 27.1 > in-structius 
    < en 
rouge : voir mess. 2. B 1. c), part(icipe) parfait (pft) : mess. 28. A NB 1., du v(erbe)
    in-stru-o,-i s, 
-e re 3C -strux-i, struct-um > N.s (8.2) 

     N.B.  in(-structius) : l' élément souligné est ce que l' on appelle un prév(erbe), qui sert à 
           
 former un verbe composé. La consonne finale du prév. peut s' assimiler à la 1e con-
             sonne de l' élément central du th., ce qui n' est pas le cas ici. 

Nam  cuncta  nobis  attribuisset  commoda       atttribouwissètt

4  quae  cui  Fortuna  indulgens  animali  dedit  kwaïe  kouwi ...  indoulgènnss
                                                                            
3  En effet, elle nous aurait attribué  tous les/l' ensemble des  avantages

4  qu' une Fortune bienveillante accorda 
à tel ou tel animal :  


3  Nam  
at-tribuis-set (at-tr ... venant de ad-tr.. par assimilation)  : Nam < mess. 26. >
    at-tribuis-set < at-tribu-o,-i s,-e re 3C 
-tribu-i > même analyse que finxisset du vers 1, 
    -t = elle (la nature)  
nobis cunctcommodano-bis < mess. 4., désigne l' ensemble
    des humains, au nom desquels Phèdre s' exprime ici >  D.p (11.1  NB a) cuncta < -us,
    a,um : mess. 7. > dét(ermine)  commod-a <-um,-i : 2D NT > 
Ac.p (9.1)

quae  Fortuna indulgens dedit : quae <-i,ae,od : mess. 6., pr. rel(atif), antéc(édent) =
    commoda du vers 3 > Ac.p (9.1) Fortuna <-a,-ae 1D F Divinisation du Destin censé diri-
    ger la vie humaine, quoi que nous voulions, quoi que nous fassions. 
> N.s (8.1)  
    indulgens < -ns, -ntis  part. prst employé comme un A2 imp., du v. indulge-o,-s, -re 2C
    être/se montrer  indulgent, bienveillant
dedit < do, da-s,-re 1C ded-i > ind. (18.1) pft
    3s (se traduit par un passé simple puisqu' il s' agit d' une action loin
taine remontant à la 
    création du monde) 
 (ali)cuanimali : (ali)cui < (ali)qu-i,a,od : mess. 7. > dét(ermine)  
    animali < animal,al-ia : 3D par. NT >
 D.s (11.1 NB a). 

5 : elephanti  vires  et  leonis  cum  impetu
                      Ac.p
6   
cornicis  aevum, spiritum  tauri  ferocis,
                     Ac.s       Ac.s
7   
equi  velocis  placidam  mansuetudinem.
 
                                           Ac.s
8   
At  esset  homini  sua  tamen  sollertia

5  : la force de l' éléphant et du lion, avec/ainsi que  leur impétuosité,

6   la longévité de la corneille, 
la fierté du taureau farouche/la fierté ombrageuse du
                                                                                                             taureau,
7   la docilité tranquille du cheval véloce.

8   Mais néanmoins
 la sienne ingéniosité serait [encoreà l' homme = l' homme conserve-
     rait l' ingéniosité  qui 
est  la sienne/qui n' appartient qu' à lui. 

Les vers 5 à 7 comprennent  4 groupes en apposition (mess. 8.) au groupe Ac. cuncta
commoda 
du vers 3 : 1er groupe vires  elephanti  et  leonis  cum  impetuvires 
< -es,-ium
3D F par. > Ac.p  elephanti < -us,-i 2D M > G.s (10.1)
 et  (26.) leonis 
< leo,on-is 3D M imp. > G.s (10.1), 
cum + Ab. < 27.1 > impetu < -us,-us : 4D M >
Ab.s 
 2e groupe aevum  cornicisaevum < -um,-i  2D NT > Ac.s  cornicis <
cornix,ic-is 3D F imp. > G.s (10.1)  
3e groupe spiritum  tauri  ferocis : spiritum 
< -us,-us 4D M > Ac.s  tauri < -us,-i  2D M > G.s (10.1)  ferocis < ferox,oc-is A2 imp. >
épith.  
4e groupe mansuetudinem  placidam equi velocis : mansuetudinem < man-
suetudo,din-is 3D F imp. > Ac.s  placidam < -us,a,um A1 > épith.  equi < -us,-is 2D M >
G.s (10.1) 
velocis < velox,oc-is A2 imp. > épith.

At  tamen  sua  sollertia  esset  homini : At tamen (26.)  sua < -us,a,um mess. 4.
poss. > dét. sollertia < -a,-ae 1D F > N.s (8.1)  esset < 17.1 > subj. impft 3s (29.C)
homini < homo,min-is 3D M imp. > D.s (11.5)
  


9   Nimirum  in  caelo  secum  ridet  Iupiter

10  haec  qui  negavit  magno  consilio  hominibus

11  ne  sceptrum  mundi  raperet  nostra  audacia.

9   A coup sûr, au ciel, Jupiter rit  avec lui(-même) = dans son for intérieur  

10  [lui] qui, avec une grande sagesse, refusa aux humains ces choses =
                                                                                                         ces avantages,
11  de peur que notre audace ne s' empare de la royauté du monde.  

Ni-mir-um : < mess. 27. > adv(erbe) portant sur la prop(osition),  in  caelo : in < + Ab. :
27.1 >  caelo < -um,-i : 2D NT > Ab.s, cpt (complément) de la prop. 
Iupiter  ridet  secum  Iupiter < Iupiter, Iov-is 3D M imp. La mythologie fait de Jupiter
le dieu suprême, le maître du monde régnant sur les dieux et les hommes. Elle situe son pa-
lais et sa cour au sommet du mont Olympe, en Grèce. > N.s (8.1)  ridet < ride-o,-s,-re 2C
> ind. prst 3s  secum graphie obligée de cum se, cum < + Abl. : 27.2 > se < s-e (Ac.s/p) :
mess. 4  pr. pers. > 

qumagnconsilinegavit : qui < -i,ae,od : mess. 6 : pr. rel(atif), antéc. Iupiter (vers
9) > N.sg. M (8.1), magno < -us,a,um : A1 > épith. de consilio < -um,-i  2D NT > Ab.s
(12.3) negavit < nego, nega-s,-re 1C negav-i > ind. pft 3s  haec  hominibus : haec < -ic,
-aec,-oc : mess. 5. > Ac.p  NT (9.1), NT nominalisé = ces choses = ces avantages (cités
dans les vers 5 à 8)  hominibus < homo,min-is : 3D M imp. > D.p (11.1 N.B. a)  

ne  nostra audaciraperet : ne < 26. A 1. > nostra < noster, tr-a,um  mess. 4. poss. >
détermine audacia < -a,-ae  1D F > N.s (8.1) raperet < rapi-o,-s,pe-re 4b ravir, s' emparer
> subj. impft 3s  sceptrum  mundi : sceptrum < -um,-i  2D NT, le sceptre = la royauté (par
métonymie) > Ac.s (9.1)  mundi < -us,-i : 2D M >  G.s (10.1) 

12  Ergocontenti  munere  Invicti  Iovis,

13  fatalis  annos  decurramus  temporis,

14  nec  plus  conemur  quam  sinit  mortalitas.

12  Dès lors, contents du privilège de Jupiter Invaincu/Invincible/Tout-puissant  = que nous
      a accordé  Jupiter Tout-Puissant,

13  parcourons les années  du temps fatidique = de notre destinée  

14  et n' entreprenons pas =  sans entreprendre  plus que notre condition mortelle ne l' au-
      torise.

Ergo : mess. 26.  contentmuner Iovis  Invictde-curramuscontenti < -us,a,um 
A1 + cpt à l' Ab. = content de ... > N.p M épith. du pr. pers. S contenu dans la dés. pers.
-mus de decurramus, munere < munus,ner3D NT imp. > Ab.s NT (12.13) Iovis <
Iupiter, Iov-is 3D M imp. > G.s (10.1)  In-victi < -us,a,um A1 formé sur le th.3 du v.
vinc-o,-i s,-e re 3C vic-i, vict-um vaincre > épith. C' est une épiclèse, qualificatif associé
au nom d' un dieu pour souligner un trait marquant de sa personnalité. Cette épiclèse est
une subtile mise en garde adressée aux mégalomanes qui rêveraient de supplanter les dieux
dans la conduite du monde : c' est à bien plus fort qu' eux qu' ils s' en prennent !  
de-curramus < de-curr-o,-i s,-e re 3C > subj.-imp. prst. 1p (mess. 20.) > 
annos  temporis  fatalis : annos < -us,-i 2D M > Ac.p (9.1) temporis < tempus,pora 
3D NT imp. > G.s (10.1)  fatalis < -is,-e  A2 par. fatidique  A2 formé sur le nom fat-um,-i
2D NT  le destin > épith. 

nec  conemur : nec : mess. 26.1  conemur < conor, cona-ris,-ri  1C > même analyse que
decurramus du vers 13, plus < mess. 27. > (9.1 N.B. b 1.)      
 
 

quam
  mortalitasini t : quam  mess. 26. mortalitas < mortalitas,at-is : 3D F imp. >
N.s (8.1)  sini t < sin-o,-i s,e re 3C > ind. prst 3c 

Si dame nature avait façonné à ma guise l' espèce humaine, elle serait bien mieux lotie qu'
elle ne l' est aujourd' hui. De fait, elle nous aurait attribué l' ensemble des avantages qu' 
une Fortune bienveillante accorda à tel ou tel animal : la force de l' éléphant et du lion, ainsi
que leur impétuosité, la longévité de la corneille, la fierté ombrageuse du taureau, sans oub-
lier la docilité tranquille du cheval véloce. Néanmoins l' être humain conserverait une ingénio-
sité qui n' appartient qu' à lui. A coup sûr, au ciel, Jupiter rit dans son for intérieur, lui qui,
avec une grande sagesse, refusa aux humains ces avantages, de peur que notre audace ne s' 
empare de la royauté du monde. Dès lors, contents du privilège que nous a accordé Jupiter
Tout-Puissant, parcourons les années de notre Destinée sans entreprendre plus que notre
condition mortelle ne l' autorise.

En dotant l' homme d' un esprit inventif, les dieux lui ont fait un cadeau précieux. Cela n' em-
pêche pas Phèdre, gourmand comme nous le sommes tous, d' en vouloir toujours plus et d'
envier certaines qualités animales qui nous permettraient presque d' égaler la puissance divi-
ne. Mais, imaginant la réaction goguenarde de Jupiter, Phèdre se surprend à commettre le pé-
ché de démesure, susceptible d' attirer sur lui la foudre vengeresse du dieu suprême, ce qui
lui fait amorcer une courbe rentrante. Dans l' esprit des Anciens, en effet, l' harmonie du mon-
de exige que chaque créature reste à sa place. En sa qualité de fabuliste, Phèdre fait aussi la
leçon à l' ensemble du  genre humain, dont certains représentants sombrent facilement dans
une mégalomanie qui se voudrait l' égale de la toute puissance divine. 

La religion romaine n' avait pas de dogmes, comme, par exemple, le catholicisme. Chacun
était libre soit d' imaginer ce qu' il voulait sur la nature et l' existence mystérieuses des di-
eux -- ce que n' ont pas manqué de faire les philosophes et les poètes -- soit de se contenter
des récits divers et variés imaginés à leur sujet. Ces récits constituent ce que l' on appelle la
mythologie. Par contre, en privé ou en public, chaque citoyen se devait d' accomplir scrupu-
leusement les rites traditionnels en l' honneur des dieux, tout particulièrement envers ceux
qui étaient censés assurer la sauvegarde et la prospérité de la communauté à laquelle on ap-
partenait. Par conséquent, dans les sociétés antiques, religion et Etat se trouvaient étroite-
ment liés. C' est la raison pour laquelle Socrate, faussement accusé d' impiété envers les dieux
de la cité, a pu être condamné à mort par un tribunal de citoyens. Aux yeux  des juges, offen-
ser les dieux c' était attirer sur la cité tout entière la foudre dévastatrice de la colère divine, ce
qui justifiait la gravité de la peine encourue. Dernier point essentiel à souligner : pour les An-
ciens, la liste des dieux ne se limitait pas aux dieux reconnus par telle ou telle communauté.
Il en existait bien d' autres, déjà identifiés ou toujours méconnus. 


EXERCICES : Traduire en latin  1. La nature n' a pas doté les animaux de la grande ingénio-
sité de l' espèce humaine. Voc(abulaire) : natur-a,-ae / non : ne ..pas/ instru-o,-i s,-e re 3C
-strux-i, -struct-um : v. accompagné ici d' un Ab. cc-moyen non-prépositionnel / animal,alia
/ magn-us,a,um / sollerti-a,-ae / genus,nera / human-us,a,um. 2. Les hommes envient les
avantages de certains animaux. voc. : homo,min-is / invide-o,-s,-re 2C -vis-i,-um + cpt d'
objet au D. en latin / certains : voir mess. 7. : qu-i-dam, qu-ae-dam, qu-od-dam 3. L' hom-
me n' a pas la longévité de la corneille. Avant de traduire, utiliser en fr. le v. être comme dans
la traduction mot à mot du vers 8 où il tient lieu de notre verbe avoir. voc. : aev-um,-i /
cornix,ic-is  4. La nature a refusé aux animaux l' ingéniosité accordée au genre humain. voc. :
nego, nega-s,-re 1C  negav-i, negat-um / sollerti-a,-ae / accordé(e) : dat-us,a,um 
5. Mettre la phrase précédente à la voix P en fr. et en latin. Ne retraduire que les mots qui
changent de fonction grammaticale. Voir mess. 12.1

Réponses : message EXERCICES : Textes 1 à ...      
  
      

                                                      
                                                                                                        
 

      
                                                                          
                                                                                                

Posté par jeanclaude2020 à 11:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 avril 2022

29. subordonnées en si...

Introduite par la même conj(onction de) subord(ination) qu' en fr. (= si), la subord(onnée)
conditionnelle du latin 
est appelée protase, la principale qui s' y rattache, apodose. 

A
 
 Une protase à l' ind(icatif) se traduit par le tps (temps) correspondant de l' ind., sauf
     que le futur ou le f.a (futur antérieur) se traduisent par le seul ind. prst puisqu' en fr.
     ces tps sont absents des subord. conditionnelles. Exemple :
     Paulus  non  veniet, si invitabi tur/invitatus  erit
                          ind. fut      ind. fut. P/f.a P
     < Paul-us,-i 2D M Paul  non ne ..pas  veni-o,-s,-re 4C ven-i, nt-um venir  in-vito, ta-s
        -re 1C av-i, at-um inviter >
     Paul ne viendra pas, s' il  sera/aura été  invité = s' il est invité ou si on l' invite.
     invitabtur : une forme P sans complément circonstanciel d' agent équivaut en fr. à une
                         forme A dont -- le S est le pr. indéfini on  (inexistant en latin) 
                                             -- le v. est le part. passé de la voix P mis à la même forme que 
                                                 le v.  être  auxiliaire de la voix P.
                                              -- le S de la forme P devient cod de la voix A..
                          il sera invité = on l' invitera (forme impossible en latin) 

     

     N.B. Dans le style indirect
(mess. 25.), chaque tps au subj. dit du st. indir. correspond
            à un tps de l' ind. en st. direct fr., lequel est obtenu en supprimant le v. dire/penser
            introduisant le st. indir. Si un subj. st. indir. se rattache à un futur, le subj. en
            question correspond en st. dir. fr. ....
            -- à un ind. fut. s' il s' agit d' un subj. prst 
            -- à  un ind. fut. du passé (forme identique au conditionnel prst) s' il s' agit d' un 
                                                                                                                 subj. impft
            -- à un ind. f.a s' il s' agit d' un subj. pf  
            -- à un ind. f.a du passé (forme identique au conditionnel passé) s' il s' agit du 
                                                                                                               subj. p-q-p                                     
            Exemples : < dic-o,-i s,-e re 3C dix-i, dict-um  dire, déclarer que = subord. inf.
                                en latin : suppression du que, S à l' Ac., v. à l' inf. >
           
            Dici t  Paulum  non  venturum  esse, si  invitetur/invitatus  sit.
            ind. prst                   inf. futur                 subj.-st. indir. prst P/pft P 
            Il déclare    Paul  ne pas  "devoir" venir,  s' il  sera/aura été  invité.
                             que Paul ne viendra pas,       s' il est invité = si on l' invite. 
                            "devoir" venir : locution tenant lieu de l' inf. fut. inexistant en fr. 

            Dixi Paulum  non  venturum  esse, si invitaretur/invitatus  esset.   
            ind. pft                    inf. fut.                   subj.-st. indir. impft P/pqp P

           
Il déclara   Paul  ne pas "devoir" venir, s' il  serait/aurait été  invité.
                            que Paul ne viendrait pas,   s' il  était invité. 
                                              fut. du passé (de même forme que le conditionnel prst)
                            Ce tps passe au fut. si le v. introducteur n' est plus au passé.

Une protase au subj.-potentiel est au prst ou au pft pour exprimer un fait possible
     dans le 
présent ou le futur. La seule différence entre le prst et le pft, c' est que le pft
     exprime l' antériorité par rapport à l' apodose, rapport qu' il ne convient pas toujours
     d' exprimer en fr. Ces tps se traduisent en fr. par l' ind. impft (rarement l' ind. pqp pour
     exprimer l' antériorité) dans une protase, par le conditionnel prst ailleurs que dans une
     protase. Exemple tiré du paragraphe A au potentiel :
     
     1
. Paulus  non  veniat  si  invitetur/invitatus  sit
                            
subj.-pot. prst   subj.-pot prst/pft

         Paul ne viendrait pas s' il était invité (/ s' il avait été invité).   
                    condt. prst        ind. impft P (/ ind. pqp P)     
        
      2. Phrase précédente au pot. en st. indir. : 
          Dici t      Paulum  non  venturum  esse, si  non  invitetur/invitatus  sit.
          ind. prst                        inf. fut.-pot.                    subj.-pot. prst P/pft P                          
          Il déclare  Paul ne pas "devoir" venir, s' il n'était pas /n' avait pas été  invité.
          Il déclare  que Paul ne viendrait pas, s' il ... 
                                           conditionnel prst      

          En dépendance d' un tps passé, le pot. au st. indir. devient ...
          Dixit      Paulum  non  venturum  esse, si  invitaretur/invitatus  esset
          ind. impft                     inf. fut.-pot.             subj.-pot. impft P/pqp P
          Il déclara      Paul ne pas "devoir" venir, s' il était  (/avait été) invité.
                         =  que Paul ne viendrait pas, si on l' invitait. 
                                               conditionnel prst 
      N.B. 
      1. Si le fait possible est peu probable, voire même impossible, on parle d' un fait pot.
          à caractère purement hypothétique, dont on ne se soucie pas de savoir s' il est
          réalisable ou non.

      2. Les raisons de trouver le subj. peuvent être diverses et s' additionner : st. indir.,
          nature de la conj. subord., potentiel, irréel (voir C), etc ...  
     
      3. Le pot. dans une subord. infin. (= subord. inf.-pot.) s' exprime de la même façon
          que l' inf. fut. (voir exemples ci-dessus).        

C   Quelle que soit la proposition, les subj.-irréels  impft/pqp expriment à l' imparfait un
      fait présent contraire à la réalité, au plus-que-parfait, un fait passé contraire à la réalité.
      Ils se traduisent par l' ind. impft/pqp dans une protase, mais par le conditionnel prst/pas-
      sé ailleurs. Dans une subord. inf., un fait contraire à la réalité présente ou passée s' expri-
      me par le part. fut. associé à fuisse (inf. pft de es-se). Exemple : 

      Dici t/Dixit   Paulum  non  venturum  fuisse  si  invitaretur/invitatus  esset
      ind. prst/pft                        inf.-irr.                      subj.-irr. impft P/pqp P          
      Il déclare/déclara  que Paul  ne viendrait pas ou ne serait pas  venu, si on  l' invitait/
                                                                                                            l' avait invité.
      On remarquera qu' en latin la forme d' inf. permet de différencier pot. et irr.

      N.B.

      1. Le subj.-irr. impft a parfois la valeur d' un subj.-irr. pqp. 

      2. Le subj.-irr.  pqp A d' une apodose qui est aussi le v.  d' une subord. dont la conj.
          subord. exige le subj., est ordinairement remplacé par le part. fut. en ..urus,a,um 
          associé au v. auxiliaire fuer-im/s .. (subj. pft de es-se). Exemple :
          Non  est/erat  dubium  quin  Paulus, si  invitatus  fuis-setnon  venturus
                                                                        subj.-irr. pqp P                         
          fuer-it  (au lieu de  venis-set attendu).
                                       subj.-irr. pqp 
          Il n' est/était  pas douteux que Paul ne serait pas venu, s' il avait été invité. 
    





Posté par jeanclaude2020 à 12:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 janvier 2022

13. PRESENT : formation

Le mot au centre de toute phrase ou proposition est le verbe, autour duquel s' articulent
les autres mots. Une phrase peut se réduire au seul verbe. Ex. : Dégage !

Dans un article du dictionnaire concernant un v., les 3 premières des 5 formes verbales
appelées Temps Primitifs sont
: l'
indicatif prst (présent1s et 2s (1e et 2e  personnes du
singulier)
, l'
infinitif prstEx. : amo (j' aime), ama-s (tu aimes),-re (aimer). Ce -re est l'
abréviation de la forme ama-re obtenue en substituant ce -re au -s de la forme précéden-
te). L' élément qui précède le 1er tiret est le thème 1base des 3 premiers tps (temps) 
de la conj(ugaison) latine : prst (présent), impft (imparfait), fut. (futur). L' élément ter-
mi
nal interchangeable (o,-s,-re) est appelé désinence. Une dés. est qualifiée de person-
nelle quand elle désigne une des 3 personnes de la conjugaison, au sg. ou au pl., des mo-
des  personnels : indicatif, subjonctif, impératif. Aux modes im-personnels, infinitif, parti-
cipe, gérondif, adjectif verbal, supin, on trouve des dés.  impersonnelles.

Les dés. pers. indiquent la personne du v. (1s,2s,3s,1p,2p,3p) et tiennent lieu de notre
pr(onom) pers(onnel) S(ujet) : -o : 1s =
je, -s : 2s = tu, -t : 3s = il,elle , -mus : 1p =
nous, -tis : 2p = vous, -nt : 3p = ils,elles. La voix Passive  des tps formés sur le th.1 s'
obtient en remplaçant ces dés. Actives par des dés. P : -o est remplacé par -or, -s par -ris
ou -re (dés. alternative beaucoup plus rare que la 1e), -t par -tur, -mus par -mur, -tis par
-mini, -nt par -ntur. Ex. : amo j' aime (ind. prst), amor je suis aim-é,-ée (ind. prst P).
La dés. impers. -re du v. ama-re (inf. prst A) devient -ri : ama-ri (inf. prst P).    

Dans les TP, les désP n' apparaissent que s' il s' agit de v. déponents (peu nombreux).
Ce sont des v. qui, en dépit de leurs dés. P, ont un sens A.
Ex. : miror : non pas je suis admir-é,-ée, comme on s' y attendraitmais  j' admire,
        mira-ris : non pas tu es admir-é,-ée, mais tu admires, 
               -ri  : non pas être admir-é,-ée, mais admirer.

La caractéristique, notée en rouge, est un élément ajouté au th., dont il fait partie. La car. 
indique un mode et un tps déterminés.Ex. : amabam/r  j' aimais/étais aim-é,-ée 
                                                                      car. de l' ind. impft
N.B. :  1. Quelques tps n' ont pas de car. 
           2. Les dés. -m/r  sont les dés. de la 1s à tous les tps du subj. et  aux tps suivants
               de l' ind. : prst, f.a, fut. aux 3C/4C/4b. 
             

INF. prst A/P des conjugaisons régulières :

                  th.1 terminés par une voyelle longue :
                             
                  1C 
(1e conj.) : th.1  en ..a- long : v. modèles :
                                                a) ama-re/ri (A/P) aimer/être aim-é,-ée
                                                b) (dép.) : mira-ri  admirer, s' étonner  
                     
                  2C
: th.1 en ..e- long : v. modèles a) vide-re/ri  voir/être vu,vue  
                                                                    b) vere-ri craindre, respecter 
                     
                  4C
: th.1 en ..i- long : v. modèles a) audi-re/ri entendre/être entend-u,-ue.
                                                                    b) poti-ri s' emparer, se rendre maître 
                   
                  th.1 terminés autrement que par une voyelle longue : 

                   3C : th.1 en consonne ou , rarement, en -u, prononcé -ouw ou -w (après
                                -q) : v. modèles : a) leg-e re/-i lire/être lu,lue
 ou lu-e re/-i bai-gner/ 
                                                                                                         être baign-é,-ée 
                                                           
b) ut-i utiliser ou  sequ-i suivre               
         

                          N.B. : 1. Un espacement entre une voyelle en début d' élément et la sui-
                                        te de l' élément indique un élargissement vocalique destiné à ren-
                                        dre possible ou à faciliter la prononciation de la fin du th. et de la 
                                        
dés.                                                                    
                                    2. Un -i bref est devenu -e bref, noté en italique, quand il était posi-
                                        tionné devant -r ou en fin de verbe. 

                    4b : th.1 en ..-i bref devenu -e bref dans les cas signalés ci-dessus : 
                                  v. modèles : a) cape-re / capi (contraction de capi-i) prendre/être
                                                                                                                     pris,prise
                                                     b) pati (contraction de pati-i) endurer, pâtir, souffrir 

                                
                                                       P R E S E N T 

IND. prst A/P : 1C : amo/or, ama-s/ris, -t/tur, -mus/mur, -tis/mini, -nt/ntur
                                           tu aimes/ tu es aim-é,-ée
                              amo/or : une 1e forme sans tiret ne sert que pour elle-même. 
                                            Le th.1, qui s' y est altéré, apparaît dans la forme suivante.
                       2C : vide-o/or, -s/ris .... 
                       3C : leg-o/or,-i s/-e ris,-i t/tur,-i mus/mur,-i tis/mini,-u nt/ntur 
                       4C : audi-o/or, -s/ris, -t/tur, -mus/mur, -tis/mini, -
u nt/ntur
                       4b : cap
i-o/or, -s/ cape-ris, capi-t/tur, -mus/mur, -tis/mini, -u nt/ntur   


SUBJ.
 prst A/P : 1C : amem/r, s/ris, .... que j' aime / que je sois aim-é,ée  
                                Lla voyelle finale du th.a été absorbée par la car.
                          2C/3C/4C/4bvideam/r, legas/ris, audiat/tur, capiamus/mur, .... 


INF.
prst
A/P : voir  ci-dessus.


IMP.
prst
2s
P/A : 1C : ama-re / ama (à toutes les conjugaisons, forme résultant de la
                                     suppresion de la dés. -re dans la 1e forme, identique à celle de
                                     
l' inf. prst A) aimer ou sois aim-é,-ée (imp. prst 2s) / aime
                                     
mira-re (dép.) admire   
                              
                              2C : vide-re / vide            3C : leg-e re / leg-e
                                     
vere-re (dép.)                  ut-e re (dép.)  

                              4C : audi-re / audi            4b : cape-re / cape 
                                     poti-re (dép.)                    more-re (dép.)

                  2p P/A : 1C : ama-mini/-te  vous êtes aim-és,-ées ou  soyez aim-és,-ées 
                                     
 mira-mini (dép.) admirez                                  / aimez          
                               
                               2C : vide-mini/-te              3C : leg-i mini/-i te                                 
                                      vere-mini (dép.)                ut-i mini (dép.) 
                               
                               4C : audi-mini/-te              4b : capi-mini/-te 
                                      poti-mini (dép.)                 pati-mini (dép.)


P
ART. prst A uniquement : 1C : amans,ntis  dép. : mirans,ntis (décl. des A2 imp.) 
                                                  aimant, en aimant  dép. : admirant, en admirant 
                                           
2C : 
videns,ntis  dép. : verens,ntis 
                                           3C : lege ns,e ntis  dép. : ute ns,e ntis 
                                           4C : audie ns,e ntis  dép. : potie ns,e ntis 
                                           4b : 
capie ns,e ntis  dép. : patie ns,e ntis

            N.B.  LAb.s du part. prst prend la terminaison -e, remplacée par -i  quand ce part.
                     a la valeur d' un adj. qual. et ne se rapporte pas à une personne.
                     Ex. : consili-o  sapie nti (Ab.s de consili-um,-i : le conseil, sapi-o,-s, pe-re :
                           avoir du bon sens, de la réflexion, de la sagesse) = un sage conseil
                           mais  homin-e  sapie nte (Ab.s de homo,min-is l' homme) = un homme
                           sage.  

                      

                                                                                                                            

                                             

                   

              

             


                               

                            

        


     

Posté par jeanclaude2020 à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 décembre 2021

27. PREPOSITIONS et ADVERBES

CLASSEMENT  ALPHABETIQUE 

a/ab + Ab. : (a : devant une consonne, ab : devant une voyelle) introduit 1. un cc-agt
                   an. (agent animé d' un verbe Passif) : par/de 2. un cc-Lieu ou Temps indi-
                   quant un point de départ : de, depuis, à partir de 


ad + Ac. : introduit 1. un cc-Lieuvers, en direction de, (jusqu') à, près de, aux alentours
                de, devant, près de, à proximité de, 
2. un cc-Temps : vers, à, aux alentours de,
                jusqu' à  

apud + Ac. : introduisant un cc-Lieu-SITuationchez, près de, à (devant un nom de ba-
                   taille) 


"avec" : prép. fr. introduisant 1. un cc-accompagnement ; en latin : cum + Ab. 2. un cc-ma-
            nière ; en latin : cum + Ab. quand le nom est sans cpt/dét./adj. qual. Dans les autres
            cas : Ab. n-prépos. 3. un cc-moyen, peut être précédé aussi d' autres prépositions ;
            en latin : Ab.
 
n-prépos. 4. un cc-circ(onstance) acc(ompagnante) ; en latin : Ab. avec
            ou sans cum. En fr., ce cpt peut être introduit par d' autres prépositions. 
   

cum + Ab. : voir "avec" ci-dessus

in
+ Ab. : introduit 1. un cc-L(ieu)-SIT(uation dans l' espace ou dans l' existence) : en, dans,
               lors de
; absence de prép. devant un nom de ville ou de petite île. Un nom de ville/
               petite île au sg. et de la 1D/2D se met au G.s dit "locatif". 
   
    +
 Ac. : introduit  1. un cc-L-ENTREE (dans un lieu ou une situation) : en, dans ; absence de
               préposition devant un nom de vile/petite île.

sine + Ab. : sans (négation de cum + Ab.)  

Posté par jeanclaude2020 à 11:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]